"Si nous voulons vraiment aider les animaux, où que ce soit, il nous faut d'abord et avant tout, accepter d'ouvrir les yeux sur leurs souffrances."


En faisant des recherches sur Internet je suis tombée sur cette proposition de loi.
Qu'est-il advenue d'elle ?

Proposition de loi



Les traditions :


Dans les nombreuses coutûmes et traditions je ne parlerais pas de l'Aïd-el-Kébir dont le sacrifice du mouton dans des conditions horribles à des fins religieuses est très récrié par ceux là même qui tolèrent le gavage des oies dans des souffrances épouvantables, à des fins conviviales.
Car un mouton qui souffre, ou bien une oie qui souffre c'est un animal qui souffre.

Je ne parlerais pas non plus ici de la corrida ou de la chasse qui à elles seules occuperont une page entière.
Ces traditions sont connues du grand public, mais il y a tant d'autres traditions, rites, coutûmes dont nous ne soupçonnons même pas l'existence mais dont le même objectif est la souffrance d'un animal.
Ces traditions, rites ou coutûmes ne sont pas le monopole des pays "lointains" comme on aimerait le penser, cela se passe aussi chez nous, dans les pays occidentaux.

La cruauté des hommes, hélas, n'a pas de frontière.

Nul n'ignore plus que la souffrance physique est toujours la souffrance, quel que soit l'être sur qui elle se porte.

**********


ESPAGNE :

- Monté par le villageois le plus gros et le plus lourd, l'Ane traverse la ville en titubant sous les coups assenés par la foule hystérique, jusqu'à ce qu'il tombe. On lui allume alors des pétards dans les oreilles et on le matraque violemment.

- Des Écureuils, des Pigeons, des Chiots et des Chatons enfermés dans des pots d'argile sont suspendus à des poteaux. Les jeunes gens lancent contre eux de grosses pierres pour briser et blesser ou tuer les Animaux avant qu'ils ne s'écrasent sur le sol.

- Poulets et Dindons sont tués à coups de bâtons par des jeunes aux yeux bandés, au milieu des hurlements de la foule surexcitée.

- Persécution d'un Taureau par une centaine d'hommes à Cheval qui le lardent de coups de lance. Un prix (Lanza de Oro) est remis par le maire de la ville à celui qui, sitôt le Taureau à terre, lui coupe à vif les testicules.

- Plusieurs Taureaux sont lentement étranglés au milieu des huées par une corde attachée à leur cou et tirée par 300 hommes.

- La foule poursuit des Taureaux à travers les rues en leur lançant des fléchettes et en visant les yeux. Lorsque les Animaux s'effondrent, blessés, lacérés aveuglés, ils sont châtrés, mutilés et poignardés à mort. Les participants s'enduisent du sang des Taureaux dont ils exhibent les testicules à travers la ville.

- Des cavaliers s'efforcent d'arracher au passage, la tête des Oies vivantes attachées à une corde tendue à travers la place du marché.

- Un Porc enduit de graisse est poursuivi à travers les rues de la ville par une foule qui se jette sur lui. L'Animal finit par mourir, écrasé sous le poids des poursuivants.

- De jeunes Vaches sont poursuivies en tracteurs jusqu'à l'écrasement délibéré.

- Des Canards sont jetés à la mer et poursuivis par des nageurs (qui les démembrent vivants). Ces nageurs sont la plupart du temps des enfants.

- Des Oies sont suspendues par une patte à une corde tendue entre les mâts de deux bateaux.Des barques naviguent entre ces derniers et leurs passagers s'amusent à arracher la tête des Oies vivantes.

- Quatre Animaux sont tués chaque jour, aussi bien des Taureaux que des Vaches. Poignardés, lacérés par la foule tout au long de la journée sous un soleil brûlant, des tiges acérées enfoncées dans tous leurs orifices, les Animaux se vident lentement de leur sang.

- On brise les membres à de jeunes Veaux puis on les jette dans le vide, du haut d'une plate-forme.

- une Chèvre vivante est jetée du haut du clocher de l'église.


BRESIL

Sous le prétexte du rituel ("Farra do boi"), des centaines de vaches (et même de chevaux quand ils n'ont pas de vaches) sont battus et torturés.

Les animaux peuvent être aspergés d'essence puis brûlés vifs, on leur jette du poivre dans les yeux, les participants cassent les cornes et les pattes des vaches, leur coupent la queue. Les boeufs (ou vaches) sont aussi frappé autant que possible jusqu'à ce que mort s'en suive, etc...

Ces tortures peuvent durer 3 JOURS!

La vache mutilée est toujours vivante... Certains animaux fuient vers l'océan pour échapper à la torture. Beaucoup meurent noyés...

Certains disent que le rituel symbolique est une représentation de la "Passion de Jésus" et que le boeuf représente Judas. D'autres disent qu'il représente Satan, et que torturer le "diable" expie les péchés.

Mais aujourd'hui, ce festival n'a plus de connotation religieuse.
Pour les gens des petits villages côtiers, c'est juste une occasion de faire la fête, et pour certains, une source pour se faire de l'argent en vendant de la nourriture et des boissons.

Rappelons que les vaches, boeufs, etc sont offert à la populace par des firmes ou des hôtels.

Source : ACMA


BULGARIE

La tradition des ours dansants née dans les Balkans, au Moyen-Age, accompagne le peuple tsigane lors de ses voyages à travers l'Europe.

Pour animer les villes et villages de passage, les ours, enchaînés à leur propriétaire, sont obligés, au son d'un instrument de musique, d'effectuer une danse dont les pas sont ceux de la souffrance.

Au cours des siècles, les mentalités évoluent, la souffrance animale est condamnée, cette tradition tend donc à s'éteindre dans plusieurs pays sauf en Bulgarie où elle gardera toute sa vitalité jusqu'en juin 2002. Plus d'une trentaine d'ours auraient ainsi été exploités.

LES TECHNIQUES DE DRESSAGE

- Dès l'âge de 4 mois, l'ourson est placé sur des braises ardentes pour apprendre à se redresser sur ses pattes arrières et garder la position debout laquelle, dans la nature, n'est adoptée qu'en cas de curiosité.

- Vers 1 ou 2 ans, l'animal subit l'étape de la FERRADE : Alors que l'ours est plaqué au sol, ses quatre pattes entravées, un anneau en fer est introduit à vif dans sa truffe, transperçant celle-ci de part en part. Parallèlement, ses griffes sont arrachées, toujours à vif, à l'aide d'une pince. Les dents sont limées voire, parfois, arrachées.

- La pitance quotidienne de l'animal se résume à un mélange de pain, de lait et de sucre.
- Afin de stopper les hémorragies, d'éviter les infections et de favoriser la cicatrisation, les plaies sont aspergées de vodka ou de schnaps puis recouvertes de braises.

Face à ce concentré de souffrance, l'animal n'a plus d'autres possibilités que se soumettre à son dresseur et exécuter les tours demandés.

NOTA : Le samedi 5 juin 2004, la Fondation Brigitte Bardot et l'Association autrichienne Vier Pfoten, ont inauguré en compagnie du premier ministre bulgare Siméon de Saxe Cobourg-Gotha et de son épouse Margarita Acebo, l'une des plus grande structure d'accueil pour ours en Europe.

Depuis sa création en 1999, le sanctuaire de la Fondation Brigitte Bardot et de l'association Vier Pfoten a officiellement recueilli 14 ours dansants qui après avoir tant souffert, vont pouvoir vivre une existence paisible et heureuse loin de la torture qu'ils ont subie.


source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/monde.php?Id=51





Accueil